logo bstpo
logo bstpoaccueilannuairesoustraitancepartenariatcompetencesappelmanifestationsmon compte
 
 
 
LA BSTPO
Pourquoi la BSTPO ?
Création
Rôle
Statut
Missions
Réseau boursier
Secteurs couverts
Activités réalisés
Services offerts
Conditions d'adhésion
Contact
Informations utiles
nospartenaires
Vos questions
Vous avez des questions,  n'hésitez pas à nous contacter
 Cliquez-ici
NEWSLETTER
Inscrivez votre mail :
 
bienvenue au portail

RESSORTS À LAMES ET À BOUDINS POUR LA SUSPENSION DES VÉHICULES


 

LE PRODUIT
Les ressorts sont des composants élastiques très répandus dans toutes sortes de machines et d'équipements. En raison de leur souplesse, ils diffèrent radicale­ment des autres pièces mécaniques dont on cherche, au contraire, à limiter les déformations sous charge.
Le ressort à lames consiste en une série de lames superposées de longueurs de plus en plus faibles et disposées selon la forme d'une pyramide inversée. Les extrémités de la lame la plus longue constituent les points d'ancrage au véhicule alors que la roue est bridée au centre des lames.
Appelés aussi ressorts à boudins, les ressorts hélicoïdaux sont les plus répandus aujourd'hui. Leur géométrie et la gamme de matériaux disponible permettent une bonne compacité. De plus, il est facile de leur associer un amortisseur, disposé coaxialement et ancré aux mêmes points que le ressort.
LE MARCHÉ ALGÉRIEN
Les besoins des entreprises utilisatrices des ressorts à lames et à boudins sur les années 2012-2013 donnent un montant de 1 334 MDA. La structure de la demande consolidée sur cette période se compose de 90 % pour les ressorts à lames et de 10 % pour les ressorts à boudin.
Le marché du ressort à lames est constitué dans sa globalité par la première monte.
La majorité des besoins du marché algérien en ressorts à lames et en ressorts à boudin sont satisfaits par les importations. L'Algérie a importé de 2006 à 2010 une quantité de ressorts à lames, correspondant à une valeur cumulée de 13 millions USD, soit un équivalent d'environ 998,75 MDA et une moyenne annuelle de 2 millions USD (153,78 MDA).
A la demande du marché des entreprises locales utilisatrices, il conviendra de rajouter les demandes que généreront les projets en cours de réalisation comme la production de 10.000 VLTT de marque Mercedes sur le site de l'ex projet Fatia à Tiaret, ainsi que le projet de production de véhicules industriels de marque Daimler en discussion de partenariat avec SNVI et qui prévoit des volumes de production de 16500 véhicules industriels (15000 camions et 1500 cars et bus) sur le site SNVI à Rouiba.
Un autre marché du ressort à lames peut être apporté par l'intégration natio­nale progressive des remorques, actuellement importées (environ 10.000 chaque année).
Les fabricants de remorques importent l'ensemble : essieu—tandem. Les produits essieux— ressorts à lames, sont intimement liés.

La fabrication locale des essieux favorisera l'intégration des ressorts à lames.
Le projet national d'implantation d'une activité de construction de véhicules particuliers en Algérie inciterait l'investissement dans la production de ressorts à boudins dont le marché actuel est rétréci.
L'opportunité de construction d'une usine de fabrication de ressorts à lames, est plus que justifiée. La situation du marché du ressort à boudins, est toute diffé­rente. La consommation actuelle pour la première monte reste très marginale. Le lancement d'une usine de production de ressorts à boudins sera conditionné par le développement d'une industrie nationale de production de véhicules particuliers.
SCENARII ÉTUDIÉS
Deux options de projets d'unités de production et correspondant à trois variantes en termes d'évaluation

 

Option 1: deux (02) unités séparées

Option 2 : une unité combinée (intégrée)

Unité de fabrication de ressorts à lames de capacité de   60 000
ressorts par an avec
extension de production de 30 000 après 3 ans et
30 000 °n'es 6 ans.

Unité           séparée de
fabrication de ressorts
à boudins de capacité de 300 000 ressorts par an.

Unité comoiné de fabrication de ressort à lames et de ressorts à boudins dans les conditions suivants :

  • Unité de fabrication de ressorts à lames de capacité de 60 000 ressorts par an avec extension de production de : 30 000 après 3 ans et 30 0000 après 6 ans.

 

  • Unité de fabrication de ressorts à boudins de capacité de 300 000 ressorts par an, entrée en production, 3 ans après le lancement de la production de ressorts à lames.

 

 


ETUDE DE RENTABILITE

Unité de fabrication
de ressorts à lames

Unité de fabrication
de ressorts à boudins

 

Unité combinée

Capitaux requis en Millions de DA

501

643

900 (phase 1)
2.040 (phase 2)
2.490 (phase 31

CA HT en millions de DA

900 (phase 1)
1.350 (phase 2)
1.800 (phase 3)

780

900 (phase 1)
2.040 (phase 2)
2.490 (phase 3)

Valeur Ajoutée en Millions de DA

175 à 379

210

166 à 795

EBE en Millions de DA

117 à 278

153

107 à 648

Résultat net en Millions de DA

72 à 214

52 à 82

28 à 431

Valeur actuelle nette (VAN)
en Millions de DA

1.163

600

2.121

Indice de rentabilité ou coût de
financement objectif

2,32

0,93

1,86

Taux interne de rentabilité ou coût
de financement admissible (plafond)

1,82

0,78

1,25

Indice de rentabilité : base taux
d’actualisations égales à 8%

41 %

29 %

35%

Capitaux requis-en Millions de DA

501

643

563

Apports des actionnaires

150

193

169

mobilisation CMT

351

450

394

CONCLUSION
En conclusion, il apparait que les 3 projets sont très rentables. C'est notamment le cas pour le projet de fabrication de ressorts à lames qui atteint un indice de rentabilité de 41%.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réalisation : oriaxe